23 septembre 2011

Baudelaire

CIEL BROUILLE         On dirait ton regard d'une vapeur couvert ; Ton oeil mystérieux (est-il bleu, gris ouvert ?) Alternativement tendre, rêveur, cruel, Réfléchit l'indolence et la pâleur du ciel.   Tu rappelles ces jours blancs, tièdes et voilés, Qui font se fondre en pleurs les coeurs ensorcelés, Quand, agités d'un mal inconnu qui les tord, Les nerfs trop éveillés raillent l'esprit qui dort.   Tu ressembles parfois à ces beaux horizons Qu'allument les soleils des brumeuses... [Lire la suite]
Posté par pause lecture à 14:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 septembre 2011

Charles Baudelaire

BAUDELAIRE       9 avril 1821: Naissance de Charles Baudelaire. Son père, Joseph-François BAUDELAIRE, sexagénaire, meurt en 1827 et lui laisse un héritage dont il n'aura jamais le total usufruit. 1831 : Sa mère Caroline Archambaut-Defayis se remarie avec le lieutenant-colonel Aupick. 1832 : Le lieutenant-colonel Aupick, affecté à Lyon, fait venir sa famille et inscrit Baudelaire au Collège Royal de Lyon. Il y suit les cours en 6è et devient interne en 5è. 1836 : Retour de la famille à Paris. Aupick est... [Lire la suite]
Posté par pause lecture à 15:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 août 2011

Baudelaire

L'INVITATION AU VOYAGE               Mon enfant, ma soeur, Songe à la douceur D'aller là-bas vivre ensemble ! Aimer à loisir, Aimer et mourir Au pays qui te ressemble ! Les soleils mouillés De ces ciels brouillés Pour mon esprit ont les charmes Si mystérieux De tes traîtres yeux, Brillant à travers leurs larmes.   Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté.   Des meubles luisants, Polis par les ans, Décoreraient notre chambre ; Les plus rares... [Lire la suite]
Posté par pause lecture à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 août 2011

Baudelaire

    A UNE PASSANTE      La rue assourdissante autour de moi hurlait. Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse, Une femme passa, d'une main fastueuse Soulevant, balançant le feston et l'ourlet ;   Agile et noble, avec sa jambe de statue. Moi, je buvais, crispé comme un extravagant, Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.   Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beauté Dont le regard m'a fait soudainement renaître, Ne te... [Lire la suite]
Posté par pause lecture à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 août 2011

Baudelaire

    LE PORT                 Un port est un séjour charmant pour une âme fatiguée des luttes de la vie. L'ampleur du ciel, l'architecture mobile des nuages, les colorations changeantes de la mer, le scintillement des phares sont un prisme merveilleusement propre à amuser les yeux sans les lasser. Les formes élancées des navires, au gréement compliqué, auxquels la houle imprime des oscillations harmonieuses, servent à entretenir dans l'âme le goût du rythme et de la beauté. Et... [Lire la suite]
Posté par pause lecture à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,